Comment faire ses courses facilement… avec un sac à dos de randonnée bien sûr ! Ca rend les courses plus sexy, c’est pratique, écolo, et on a déjà l’impression d’être parti à l’aventure. À Moins que l’on se replonge dans les souvenirs de nos dernières vacances… C’est aussi un bon alibi pour pratiquer une activité physique.

Cet article a été écrit de façon à ce que tout le monde s’y retrouve. Les randonneurs en mal d’aventure comme tous ceux parmi nous qui vont faire les courses (c’est à dire à peu près tout le monde). On y trouvera des astuces concrètes et de bonnes raisons de s’y mettre 🙂

Faire les courses, vraiment ?

Oui, on peut vraiment faire ses courses en y allant avec un sac à dos. Ce genre de sac à pleins d’avantages, cela permet de concilier une occupation disons, pas très sexy… en une séance d’activité physique, voire d’entraînement à sa prochaine rando.

Evidemment, il est conseillé de laisser son sac à l’accueil du magasin, et de le récupérer en passant en caisse pour charger directement ses courses à l’intérieur.

Avantages du sac de rando

De loin, on peut trouver le sac de randonnée gros, encombrant, et vraiment pas adapté dans la vie de tous les jours. Le genre de truc qui reste dans un placard 51 semaines par an. C’est une question de point de vue… car on peut également lui trouver des qualités extraordinaires.

Justement : son gros litrage. Un sac à dos de randonnée peut contenir 30, 40, 50, jusqu’à 90 litres ! A titre personnel, j’utilise un sac d’une contenance de 30 litres pour faire les courses pour une personne seule (soit 60L pour un couple) en ayant de quoi manger pendant une semaine entière. Et il me reste de la marge. J’admet que cela doit être très personnel, et dépend certainement du régime alimentaire de chacun d’entre nous. Mais cela est faisable.

Un sac de randonnée est conçu pour être confortable au portage. Effectivement, les randonneur(euse)s sont le genre de personnes à partir marcher pendant 8 heures par jours dans la montagne en portant un sac de 15 kilos… Donc si les sacs sont prévus pour encaisser cette situation, ils vont très certainement être suffisant pour encaisser un petit aller-retour pour faire les courses.

Pour celles et ceux qui ont le dos sensible, la majorité des sac de rando sont dotés d’une armature. Elle permet de solidifier le sac dans une bonne position. Ce qui fait que même si une bouteille d’eau ou un paquet de pâtes est mal positionné dans la poche du sac, il restera confortable.

Enfin, on trouve des sacs de rando facilement dans tout les magasins de sport ou sur internet pour quelques dizaines d’euro. Attention tout de même, je conseille toujours d’essayer du matériel avant de l’acheter. Et mieux vaut savoir bien le choisir, l’utiliser et le régler. En ce qui concerne le matos de randonnée, on en parle en détail dans les vidéos du programme Comment bien choisir son matériel de Rando dont voici le lien.

De l’activité physique (gratuite)

Faire ses courses avec un sac de randonnée
Faire ses courses avec un sac de randonnée

Maintenant que nous sommes équipé de notre sac, c’est parti pour aller faire ses courses. Si possible à pied. Et mine de rien, cela va représenter une activité physique non négligeable. Une activité douce, sans grand risques de blessures, et productive. En fait, dans un monde de citadin tertiarisé : une bénédiction 🙂

Nous allons faire ensemble un peu de mathématiques pour calculer combien de kcalories nous allons dépenser sur un aller-retour. Imaginons que nous habitons en zone urbaine, et que notre magasin habituel se situe à 1 km de notre domicile, ce qui est mon cas par exemple :

  • 1 km à vide = 75 kcal
  • 30 min dans le magasin = 80 kcal
  • 1 km avec 10-15 kg dans le dos = 120 kcal
  • TOTAL = 275 kcal

Et voilà 275 kcal de dépensées, en une bonne heure de temps. La corvées de course a été remplacée par une petite marche (en fait c’est un bon alibi), et pour les adeptes de musculation, porter 10 kg de nourriture peut finalement avoir plus de sens que 10 kg de fonte lambda.

Préparation physique au Trek

Plus de Blessure en Randonnée
Se préparer au trek en faisant ses courses

Pour aller plus loin avec nos amis randonneurs, faire ses courses avec son sac est une excellente préparation physique. Comme nous le détaillons dans notre Programme vidéo de Préparation Physique au Trek consultable ici, le travail de l’endurance est la priorité n°1.

Concrètement, tous ceux qui sont déjà parti en rando la fleur au fusil le savent : c’est dur. Au début, le sac parait trop lourd, il est mal mis, les kilomètres semblent interminables, ça fait mal aux épaules, aux pieds, etc etc…

Afin d’éviter ces désagréments en début de rando (ou les premiers jours de rando pour ceux qui partent longtemps), la préparation physique est indispensable. Plus que des désagréments, forcer son corps à faire quelque chose pour lequel il n’est pas préparé le blesse. Et justement, on ne part pas pour se blesser, mais pour prendre son pied.

Donc je prépare les participants à mes formations en leur faisant travailler l’endurance, le renforcement musculaire, et le cardio. De cette façon, ils sont prêt à partir à l’aventure le jour venu.

Et bien se préparer physiquement à l’endurance, cela consiste surtout à marcher avec un sac dans le dos ! L’occasion de transformer de routinières et ennuyeuses courses… en une joie de se préparer ses futurs treks !

Plus mal au bras et aux épaules

De plus, le portage d’une lourde charge dans le dos est beaucoup plus respectueuse du corps que les habituels cabas. Ces derniers nous font portés le poids sur les membres supérieurs, bras en extension, épaules contractées.

Aujourd’hui beaucoup d’adultes se font opérer des épaules, parfois même assez jeunes, motif : mauvaises position et utilisation des épaules répétées. Je ne suis pas médecin, cependant je pense qu’il est sain de remplacer un « mauvais » portage par les épaules par un bon portage par le dos et la ceinture abdominale.

C’est exactement ce que permet un sac à dos de randonneur bien utilisé. Mais encore faut-il savoir bien utiliser un sac de rando ! Et malheureusement cette connaissance est encore assez peu répandue.

Les sac à dos habituels (du type EastPak) sont portés par les deux bretelles sur les épaules. Bon… cela ne change pas le problème des cabas. Mais les sac à dos de randonnée sont dotés d’une ceinture abdominale. Et en fait, l’objectif est de porter 80% du poids du sac sur cette ceinture abdominale, donc avec les abdos !

Là nous remplaçons un travail articulaire destructeur par un travail musculaire constructeur. Et on pourrait même rebaptiser le « sac à dos » en « sac à abdos », ce qui serait plus juste 😉

Faire les courses avec SON sac

En plus de ce que l’on vient de voire ensemble, cette astuce à également l’avantage de l’accoutumance. Pas seulement l’accoutumance à l’effort physique musculaire dont nous avons déjà parlé, mais l’accoutumance au portage du sac.

Effectivement, la pratique de la randonnée consiste à marcher en portant un sac (parfois lourd). Porter un sac, ce n’est ni une chose instinctive, ni nécessairement agréable. Et plus on s’y habitue au quotidien, plus il sera facile et naturel de le mettre sur le dos pour partir sur les sentiers.

Cette accoutumance se fait sur plusieurs point important :

  • l’accoutumance à la modification de la posture du corps. Effectivement, on ne marche pas de la même façon « à vide » et avec un sac de 15kg dans le dos
  • l’accoutumance aux zones de frottements sur le corps. Typiquement, aux épaules et au niveau de la ceinture abdominale. Plus on porte, plus la peau sera résistante à ces endroits, moins on aura d’irritations
  • l’accoutumance au chargement du sac : lourd au fond et contre le corps, léger et fragile au dessus…
  • l’accoutumance au réglages du sac. On en reparle très prochainement sur ce blog avec un futur article consacré spécifiquement au bon réglage du sac. L’utiliser au quotidien permet de s’habituer aux différentes sangles de réglage, à l’impact qu’elles ont sur le portage, prendre ses repère en fonction du poids, etc etc…

Plus cette accoutumance sera forte avant de partir en rando, plus le départ sera agréable 🙂

Faire ses courses écolo !

En plus de tous ces avantages de cette astuce du quotidien, faire ses courses avec son sac de rando est clairement écolo. La première démarche (ou marche…) est d’y aller à pied. D’ailleurs, on peut aussi y aller à vélo, et dans ce cas je conseillerai plutôt de porter les courses sur le vélo, et pas sur le dos. Ainsi, plus d’utilisation de voiture ou transport polluant.

Ensuite, fini les cabas. Ils sont fait en majorité avec des produits dérivés de pétrole… et ils ont parfois tendance à s’entasser dans un placard… Alors que le sac de randonnée à une durée de vie largement supérieur. Mon EasyFit 50 litres de Quechua (lien vers tout mon matériel) par exemple m’aura duré 8 000 kilomètres de marche ! De quoi faire quelques allers-retours au magasin…

Dans le prolongement de cet état d’esprit écolo, on peut tout à fait bannir les sacs plastiques, acheter bio et cetera, évidemment, mais cela n’est pas le sujet principal de cet article 🙂

Faire ses courses… ou partir en vacances ?!

Enfin, il y a une dernière chose. Ce n’est pas d’ordre matériel mais purement psychologique. Les chaussures et le sac à dos sont clairement les deux symboles les plus forts du randonneur. A titre personnel, quand je chausse ces chaussures, ou quand je mets mon sac de rando sur le dos… quelque chose se passe en moi…

Une foule de souvenirs des 15 000 km de treks que j’ai pu marcher dans ma vie me tombent dessus. Je revis les sensations de ces 18 mois cumulés passés à vivre dehors. Et cela fait du bien !

D’autant plus que la majorité d’entre nous aujourd’hui vivons en ville. Et une ville ressemble souvent à une plaque géante de bitume dur sous les pieds, criblée de bâtiments laids qui cachent le paysage et le ciel, sans horizons, empestée par le bruit et l’odeur des moteurs à explosion…

C’est aussi pour cela que l’on aime la randonnée, car elle nous permet de nous échapper de cela. De se retrouver au calme… wahoo… le calme… soyons fou, parfois même le silence. Elle nous permet de nous évader dans la nature, de nous remplir les yeux de la beauté des forêts, des rivières et des montagnes. Arrivé à un col, on peut jouir de la vue qui s’offre à nous. On peut jouir de voire à 10, 50, 100 kilomètres à la ronde ! De respirer l’air frais et pur… Mmmh…

Et bien quand je sors de chez moi mon sac sur le dos, je ressens ces sensations comme si j’y étais déjà. C’est comme si mon sac était imprégner de ces ambiances et de ces sensations. Et que le simple fait de sentir son odeur suave, j’étais hypnotiser et transporter instantanément là-bas, là où je retournerai un jour…

Là où je retournerai un jour…

Partir sur les chemins avec mon sac de randonnée
Partir sur les chemins avec mon sac de randonnée

Et en attendant d’y retourner, la « vie normale » a repris son cours. Pour beaucoup d’entre nous, elle ressemble un peu au métro-boulot-dodo. Cependant, il ne tient qu’à nous de rapporter quelque chose de l’autre monde ici, dans notre vie quotidienne.

Nous en rapportons des souvenirs, des images pleins les yeux et le téléphone, un sourire radieux à notre retour et la sensation d’avoir touché quelque chose de « vrai ».

Mais nous pouvons également rapporter quelque chose de plus concret, de plus matériel. Partir faire ses courses à pied avec son sac-de-rando-hypnotiseur est un excellent exemple. En plus de nous replonger dans l’ambiance, c’est un superbe outil, qui, utilisé intelligemment, respecte notre corps, et nous prépare à notre prochain voyage 🙂

Je t’invite à me dire en commentaires ce que tu as pensé de cette astuce, et de cet article. En attendant, je te souhaite une excellente journée,

David


Leave a Reply