Saint Jacques de Compostelle et son Chemin nous attire, mais par où y aller ? C’est une grande question que beaucoup de pèlerins se posent avant de partir. La Voie du Puy ? de Vézelay ? de Bruxelles ? d’Arles ou une encore une autre ? Moi aussi je me suis posé cette question avant de partir. Et j’ai trouvé la réponse, qui est très personnelle d’ailleurs, en arrivant à Saint-Jacques-de-Compostelle… Mais aujourd’hui je souhaite quand même partager avec vous « ce qu’il faut savoir » pour « bien » choisir son Chemin de Compostelle, avant d’en faire une liste.

L’esprit du Chemin de Saint Jacques de Compostelle

Mais tout d’abord, prenons un tout petit peu de recul sur ce qu’est le Chemin de Saint Jacques de Compostelle. C’est un pèlerinage, et un pèlerinage, c’est partir marcher vers un lieu sacré. Alors aujourd’hui, dès qu’on dit pèlerinage, on pense immédiatement à celui de Saint-Jacques, mais il n’y a pas que lui. Par exemple, la Chrétienté a trois grand pèlerinages : Saint-Jacques-de-Compostelle, Rome, et Jérusalem. Les Musulmans ont le pèlerinage de La Mecque ; les Juifs celui de Jérusalem ; les Orthodoxes, les Hindous, les Shintoïste ont également le leur, etc etc…

Bref, toutes les Religions ont au moins un point commun universel : le Pèlerinage. Et ce n’est pas d’hier ! Nous avons trouvés des traces voire des preuves archéologiques de l’existence de pèlerinage dans toutes les Religions de l’histoire de l’humanité ! En -2500 avant J.C, dans ce que l’on appelle aujourd’hui la Grande-Bretagne, il y avait déjà le pèlerinage de Stonehenge. Il a au moins 4500 ans d’âge ! Et si ça se trouve, les gens qui étaient là avant avaient eux aussi leur propre pèlerinage…

Le pèlerinage de Compostelle

Après cette prise de recul multimillénaire, revenons à notre pèlerinage du jour. Cela fait environ Mille ans que les Chrétiens affluent sur les chemins de Saint Jacques. Au début, le pèlerinage était réservé à une certaine élite, vu le coût que cela représentait. En plus du fait que plus de 80% de la population européenne était paysanne. Puis, au fils des siècles, au gré des guerres et de la paix, des épidémies, des famines et l’abondance, des conflits entre royaumes, les frontières qui s’ouvrent et qui se ferment, ils s’est démocratisé avec des hauts et des bas.

Pèlerin de Compostelle
Le Pèlerin de Compostelle

En l’occurrence, depuis quelques années, nous sommes dans un haut. Presque complètement oublié, il a littéralement ressuscité de ses cendres à la fin des années 80, et aujourd’hui, ce sont plus de 300 000 pèlerins qui y vont tous les ans. (Or période d’épidémie Coronavirus bien entendu). Et, à l’époque confortable de profusion et de paix en Europe que nous avons depuis quelques décennies, nous avons l’embarras du choix !

C’est en quelque sorte un problème de riche. Lorsque la peste emportait la moitié de la population de l’Europe, que les Sarrasins razziaient en Espagne, ou que notre bon Roy Louis XIV fermait les frontières du royaume, la question ne se posait même pas…

L’embarras du choix

Alors, aujourd’hui nous avons la chance d’avoir l’embarras du choix. De plus, avec les moyens de transports modernes, nous pouvons nous permettre facilement de rallier Notre-Dame de Paris, Vézelay ou bien Le-Puy-en-Velay pour prendre notre départ là où on veut.

De plus, nous entendons beaucoup de gens prêcher leur paroisse en disant que telle Voie est meilleure que les autres, parce que patati patata… Ou bien, à l’opposé, quand je préparais mon départ, un ancien jacquaire m’a dit qu’il l’avait fait sept fois, par sept chemins différents, et qu’il faut tous les faire... On n’est pas plus avancé.

Après avoir fait moi-même mon Chemin (que je raconte dans cet article : « Mon » Saint-Jacques ), j’en suis arrivé à la conclusion que ce n’est pas l’endroit d’où on part qui est important, mais plutôt l’expérience de faire son Chemin.

De plus, en France, on entend parler majoritairement des quatre grandes voies, réputées les plus anciennes car mentionnées dans le Codex Calixtinus… Cependant, en prenant à nouveau du recul, on s’aperçoit que des départs de Saint-Jacques… il y en a absolument partout !

Et encore, si on cherche un petit peu plus loin, on trouvera même les Chemins de Compostelle Danois, le Camino Latvia qui commence en Lettonie ou le Camino Polaco en Pologne… Ca commence à faire quelques kilomètres avant d’arriver à destination…

De plus, il y a beaucoup d’itinéraires secondaires qui sont créés encore aujourd’hui. Je pense à la Via Arverna par exemple qui part de Notre-Dame du Port à Clermont Ferrand, et qui passe par les magnifiques Monts du Cantal. On trouve également tout du long des itinéraires des variantes passant par des sites exceptionnels comme Rocamadour, etc etc…

Cela commence à faire beaucoup de Chemins différents, mais où peut-on trouver tous ces itinéraires ?

Où trouver son Chemin ?

Il existe beaucoup d’outils pour trouver et choisir son Chemin de Compostelle, aujourd’hui nous ne parlerons que de quelques uns que j’utilise régulièrement. Pour ceux qui aiment le papier, ils trouveront d’innombrables topo-guides et Guides du Pèlerin.

En outil numérique, vous trouverez notamment :

HikingWayMarkedTrail, mon site préféré de randonnée 🙂

Ce site est une de mes sources d’inspirations les plus profondes depuis que je me suis mis à la randonnée. Où que j’aille eu Europe, j’y trouve des chemins balisés dans tous les sens, leur longueur, leur profil altimétrique… Bref, une vraie Bible du randonneur et du pèlerin qui se prépare à partir ! Je vous invite à aller y faire un tour par curiosité, vous risquez juste d’y passer beaucoup de temps…

Ce site illustre parfaitement la réponse à cette question du « où ? » : Partout, et même devant notre porte ! Car s’il y a autant de départs de Saint-Jacques, c’est qu’à l’époque on partait de chez soi, à pied. Que l’on soit Auvergnat, Bourguignon, Parisien, Breton, etc etc… il y a partout des départs, qui se rejoigne tous en un point unique : Santiago. Les Chemins forment donc une grande toile d’araignée qui recouvre littéralement le monde (du moins occidental).

Et pour beaucoup de pèlerin, il y a ce fantasme de partir de chez soi à pied. Rallier Saint-Jacques depuis le pas de notre porte… Hé bien aujourd’hui, il n’a jamais été aussi facile de faire de ce rêve une réalité. On peut donc utiliser cette carte des chemins de randonnée comme une carte routière, en prenant à gauche ou à droite aux intersections de sentiers. La seule différence étant que l’on marche à 4 km par heure… donc les carrefours arrivent moins rapidement ! Et une longue ligne droite prend parfois plusieurs jours entiers de marche

Les Chemins côté Français

Vous l’avez compris vous serez libres, chers amis lecteurs, de choisir votre Chemin à vous en fonction de ce que vous dit votre cœur, et là où vous habitez. Voici une liste non-exhaustive des 4 grandes Voies qui s’offrent à vous côté français, et ce qu’on en dit (pour les visualiser, ce sont les 4 tracés bleu référencé cette) :

Les départs de Saint-Jacques
Par map of Mr Manfred Zentgraf, Volkach, Germany — Manfred Zentgraf, Volkach, Germany, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=1377930
  • La Voie du Puy-en-Velay, « Via Podiensis » : la Voie dite historique. Elle vous fera partir d’Auvergne, du Puy-en-Velay. Magnifique départ de cette cité médiévale vraiment électrisante. Elle traverse l’Aubrac puis le Sud ouest de la France
  • La Voie de Vézelay, Via Lemovicensis : Vézelay, la colline éternelle est une ancienne ville fortifiée trônant au sommet d’un éperon Bourguignon. Elle passe par Nevers, Limoges, puis Périgueux
  • La Voie de Tours, Via Turonensis : passe par Poitiers, Bordeaux, les Landes
  • La Voie d’Arles, Via Tolosana : au départ d’Arles, elle nous fait traverser MontPellier, le Haut-Languedoc, Toulouse

Puis ces quatre voies vont traverser les Pyrénées, les trois premières par Saint-Jean-Pied-de-Port. La quatrième par Somport. Remarquez que pour traverser une chaîne de montagne, on passe toujours par un port…

Et derrière les Pyrénées…

Les Caminos côté Espagnol

L’Espagne ! Les quatre Voies Françaises débouchent tout naturellement sur…

  • le Camino Frances ! Le « Chemin des Français » (ou des Francs à l’époque Carolingienne). C’est la Voie la plus utilisée, certains diront même peut-être un petit peu surchargée
  • le Camino del Norte est une alternative très intéressante au Frances. En effet, il lui est parallèle, mais longe l’Océan Atlantique, au nord de la cordillères cantabrique. Donc, au lieu d’y trouver les grosses chaleurs estivales du plateau Espagnol, on y est rafraîchi par le vent et l’humidité de l’océan. De plus, les pèlerins qui cherchent un petit peu de calme seront ravis de le voir beaucoup moins fréquenté que le Frances. Enfin, il est dorénavant suffisamment bien pourvu en hébergements et albergue pour pouvoir dormir en dur tout du long. Je ne rentre pas plus dans le détail ici, mais pour ceux qui y pensent, voici le lien vers l’article que je lui ai dédié 🙂 : Camino Del Norte ou Camino Frances ?
Randonnée 6 mois no fap avec David Blondeau
Quelque part sur le Camino del Norte…

Evidemment, l’Espagne est parcourue par d’autres Camino, au départ de Barcelona, Madrid ou bien Séville (la redoutée et torride Via de la Plata). De plus, le Portugal lui aussi à son Caminho Portugues au départ de Lisbonne, surtout équipé, fréquenté et très agréable depuis Porto. Ce Caminho est tellement agréable, que c’est lui qui détient le palmarès de l’augmentation de pèlerins depuis ces 10 dernières années.

Le reste de l’Europe

Comme nous en avons parlé dans l’esprit de Compostelle, avant les pèlerins partaient à pied du pas de leur porte. Tout l’Europe est donc maillée d’un réseau de Chemin de Saint Jacques de Compostelle au départ des plus grandes villes de ce continent. Un ami de la Fédération Française de la Randonnée Pédestre m’a même soufflé l’autre jour que « Compostelle : c’est le plus ancien réseau de GR (chemins de Grande Randonnée) du monde ! »

Par exemple, nos amis Belges prennent le départ de Bruxelles, qui relie Paris par le GR656 avant de rallier la Via Turonensis.

Quant à nos amis Suisses, deux Chemins partent de Genève : l’un pour rallier Vézelay, l’autre Le-Puy-en-Velay.

Les Hollandais et les Allemands sont eux bien présent sur les sentiers, car ce sont quand même les plus grands randonneurs d’Europe !

Etcetera Etcetera… ce qui est beau aussi avec Compostelle, c’est que nous partons tous d’endroits différents, pour arriver tous au même point.

« Mes » Chemins de Compostelle

Ces dernières années, mes pérégrinations m’ont amenés à traverser à pied l’Europe entière. Saint-Jacques étant un point de passage obligé pour moi, j’y suis allé. J’ai donc emprunté le Caminho Portuguese, un peu le Frances, et tout le Del Norte. Ne sachant pas quel départ prendre en France… et bien je suis passé par Paris, Vézelay, et le Puy-en-Velay, les trois qui m’appelaient. Mes pas m’ont également amené sur le GR656 (le Chemin de Compostelle entre Bruxelles et Paris) et le Den Danske PilgrilmRute (le Chemin Danois) lorsque j’ai traversé le Danemark en revenant de Cap Nord.

Et bien aujourd’hui je peux écrire sereinement que quelque soit votre Chemin vers Saint Jacques de Compostelle, il sera bon pour vous, et vous apportera quelque chose.

Pour ma part, depuis que j’en suis revenu, j’ai démissionné de mes précédentes fonctions, et aujourd’hui j’aide les pèlerins et les randonneurs à se préparer, pour eux aussi vivre ce qu’ils ont à vivre sur leur Chemin 🙂

Pour celles et ceux qui sont en train de faire leur sac, vous trouverez par exemple la Liste de Matériel pour le Saint-Jacques à télécharger gratuitement en cliquant sur ce LIEN.

Et pour aller plus loin, vous trouverez la formation Vidéo de préparation au Saint-Jacques-de-Compostelle ICI .

Alors comme on se salut sur le Chemin : Ultreïa !


Leave a Reply