Tout le monde en rêve, nous l’avons fait ! Mais c’est quoi le Morvan au fait ? C’est la montagne Bourguignonne qui culmine à 901m d’altitude au Haut-Folin, réputée pour être calme, très calme, froide, et humide…
Chemin d'hiver...
Avec les fortes précipitations les chemins se transforment en bourbier ou en torrent !

Au menu :

En faisant la traversée du Morvan en période hivernale (début janvier 2018), il fallait s’y attendre : température fraîche 2-7°C, Humidité jusqu’à 100%, averses fréquentes. Tout les rus (ruisseaux en Morvandiau) sont en crue suite aux fortes pluie de la tempête Eléanore. Il faudra donc les traverser à gué ou les contourner comme on peut. De plus, il a tellement plut que c’est souvent le chemin lui-même qui se transforme en bourbier, en torrent ou en marre ! Il va falloir franchir tout çà a gué, contourner dans la forêt, dans les haies, sur les piles de bois, ou les pieds dans la boue… Pour voir ce que çà donnes, je t’invite à aller voir ma Vidéo sur ma chaine YouTube : 
Pour le couchage, tout va bien, le Morvan est essentiellement forestier. On trouve toujours un petit bois sympa pour planter la tente ou tendre le hamac discrètement !

Organiser sa logistique

Il ne faut pas se mentir, l’endroit est paumé. Pour la logistique, anticipe-là lors de la préparation de ton expédition. Concrètement, trois villes disposent de moyens de communications (un car, attention il n’y en a qu’un ou deux par jour !):
– Avallon au Nord
– Autun au Sud
– Saulieu à l’est qui est sur la ligne
Les responsable de la Fédérations Française de Randonnée ont eut l’excellente idée de créer deux variante du GR13 qui le relie à deux villes pré-citées. Ainsi, Avallon est à 18km de marche du GR à Vézelay (la « Colline Inspirée », à voir), et Autun est à 25km de marche à l’est du Mont-Beuvray.
De plus, tu peux toujours faire du stop au cas où. En ce qui me concerne, j’ai blessé mon genou gauche pendant cette traversée et j’ai fait du stop dans un village paumé. Après 27 voitures croisées, j’ai fini par rencontrer Corine, ma sauveuse, qui m’a ramené à Atun. Merci Corine ! Et désolé pour l’odeur de feu de bois que j’ai dû laisser dans ton camion ^^ !

Dress code :

Pluie = vêtements étanches ! Si ne veux pas être trempé et avoir toutes tes affaires dans le sac mouillées, il va falloir adapter la tenue. Pour le haut du corps, typiquement, il y a deux solutions :
      – le poncho qui va couvrir tête, buste, haut des cuisses et le sac. Redoutablement efficace tant qu’il n’y a pas trop de vent, mais pas pratique pour garder sa liberté de mouvement.
      – le duo hard-shell (parka complètement étanche) avec un sursac étanche sur le sac à dos. Il est à noter que pour être parfait, ce duo demande une précaution supplémentaire. En effet, la pluie va forcément finir par imbibée les bretelles du sac, puis remonter par capillarité dans celui-ci. Pour garder les affaires au sec, penses à les mettre toutes dans des sacs plastiques (un pour le couchage, un pour la nourriture…)
Personnellement, je privilégie le poncho sauf si j’ai fortement besoin de mes 4 membres pour me déplacer : en forêt hors sentier, escalade, alpinisme…
Equipement randonnée hivernale
Prêts pour la traversée ! Loïc à droite, et moi à gauche.

Et les chaussures ?

Pour les pieds, l’organe sacré du marcheur, à nouveau tu as deux solutions :
      – les grosses chaussures « imperméables », qui finissent souvent par ne plus l’être… avantages : elles offrent un fort maintien de la cheville, un amorti sous le talon, et encaissent la pluie et les passages à gué très humide. Inconvénient principal pour une rando sous la pluie pendant plusieurs jours : elles sont très lentes à sécher au feu de bois le soir au bivouac.
      – les chaussures légères qui vont prendre l’eau très rapidement, mais aussi sécher tout aussi rapidement le soir au feu de camp ! Et çà, c’est un point extrêmement important en milieu/climat humide. Attention : elles offrent beaucoup moins de maintien de la cheville et d’amorti au talon. Par conséquent, elles sont réservé aux marcheurs et traileurs ayant un certain entrainement.
 Heureusement qu’on sait faire du feu le soir au bivouac pour se sécher les chaussettes, les chaussures, et se réchauffer le cœur !

Quel itinéraire emprunter ?

Le Morvan est un paradis de la randonnée, par conséquent il est équipé de multiples itinéraires. Pour voir çà de plus prêt, je t’invite à t’équiper de la carte IGN « Morvan Top 75025 ». Oui, je sais, les puristes obsédés des cartes trouvent que 1/75000e ce n’est pas assez précis… mais elle permet d’avoir une vision d’ensemble de toute la région et tout les itinéraies possibles. Il ne faut pas déconner, les GR sont tellement bien balisés, que sa grande échelle ne posera pas de difficultés de navigation.
Exemple de randonnées :
– le fameux GR13 (Fontainebleau à Bourbon-Lancy) sur sa section la plus « montagneuse »
le TdM (Tour du Morvan) qui est un GRP (GR de Pays) faisant le tour entier de la région
– Alésia-Bibracte, le chemin que nous avons emprunté.

Un peu d’Histoire…

Ce chemin historique est balisé jaune et bleu, et relie Alise-Sainte-Reine (la commune où est situé l’Oppidum d’Alésia) au Mont Beuvray (commune de Glux-en-Glenne) qui abritait il y a 2000 ans l’Oppidum de Bibracte, qui était la capitale des Eduens. C’est un joli sentier qui a en plus un intérêt culturel : on y marche de l’endroit mythique où Vercingétorix a fait jurer à tous les chefs des Gaules de chasser César, jusqu’à Alésia, qui marque la fin de cette révolte. 
Le petit conseil : les 2 super musées qui t’attendent, au départ et à l’arrivée ! Le musée de la civilisation Celtique à Bibracte est riche des fouilles du site. Et le musée d’Alésia avec reconstitution historique : jouer au légionnaire et au gaulois est toujours un grand moment, et pas que pour les petits.
Mer de Nuages en Morvan
Mer de Nuages en Morvan

Franchement, le Morvan : à faire !

Si tu aimes la rando : va traverser le Morvan ! Pourquoi ?
– une nature pas vierge mais presque, d’ailleurs les anglais appellent le morvan the « Green Desert »
– un peu de dénivelé mais pas trop (le top du massif montagneux n’est qu’à 901m, au Haut-Folin)
– des sentiers tout à fait praticable l’été. Pour les enragés : retournez-y l’hiver, c’est rigolo !
– de grandes forêts avec de magnifiques hêtres multi-séculaire
– du calme, du calme, et du calme !
Parfait pour se ressourcer !
David, LeBanquierRandonneur

Leave a Reply