Les Chaussettes de Randonnée sont-elles encore plus importantes que les chaussures pour le confort des pieds du randonneur ? C’est ce que mes longues marches m’ont apprises. Une bonne paire de chaussettes, bien choisie, permet de ne plus jamais avoir d’ampoules aux pied et de ne plus suer excessivement. Ce qui veut dire aussi plus de confort et moins d’odeurs. Wahoo, franchement ça fait rêver, mais alors comment bien choisir ses chaussettes de rando ???

Étape 1 : le bon matériau

L’étape numéro une et de loin la plus importante pour bien choisir ses chaussettes avant de partir en rando c’est… de choisir le bon matériau ! En l’occurrence, d’en bannir un à tout jamais.

Les chaussettes de randonnée peuvent généralement être faites en trois matériaux différents :

  • coton
  • fibres synthétiques
  • laine

Le coton… à oublier

A oublier à tout jamais même ! C’est une erreur typique que font beaucoup de randonneurs. Du moins jusqu’à tant qu’ils en aient marre d’avoir des ampoules aux pieds !

LE gros problème du coton est qu’il absorbe l’humidité. Or, en randonnée, nous avons tendance à plus ou moins suer des pieds (je sais de quoi je parle, je suis moi-même un gros sueur des pieds…). Or, la sueur est un facteur majeur de développement des ampoules ! Nous verrons pourquoi en détail un peu plus loin…

Notre coton absorbe notre propre sueur et nous aide à macérer dedans… Mmmh… il est donc très fortement conseillé d’oublier totalement cette matière. Fini les chaussettes Artengo blanches à 2€ les cinq paires…

Sauf… si notre objectif est justement de conserver notre propre sueur. Cette stratégie est valable dans le désert pour lutter contre la déshydratation, mais pas ailleurs.

La fibre synthétique

La fibre synthétique dont est faite les chaussettes est conçue pour avoir une bonne respirabilité, et sécher plus vite. Là où notre ami le coton boit littéralement l’eau et sèche lentement, le synthé fait exactement l’inverse.

C’est donc à mon sens le matériau idéal pour des chaussettes.

De plus, les chaussettes synthétiques de randonnée sont bon marché par rapport à d’autres matériau, comme par exemple…

La laine : pourquoi pas quand il fait froid

Des chaussettes sur pattes ! 🙂

La laine est aussi utilisée pour faire des chaussettes de randonnée. Depuis quelques années déjà, on parle de plus en plus de la laine (mérinos notamment), qui est en train de se démocratiser.

Ses qualités ? Elles sont inombrables…

  • naturelle
  • antiseptique
  • antifongique (donc anti-odeur)
  • chaude, même quand elles sont humides…

C’est sûr que c’est très séduisant pour des vêtements de randonnée. Au début, j’étais tout de même sceptique. Je me souvenais des pulls de laine que me tricotait ma grand-mère dans mon enfance… vous vous souvenez, ceux qui grattaient le cou ?

Mais un bon sceptique, est un sceptique qui essaie. En 2019, j’essayais la laine mérinos avec les T-shirt et sous-vêtements chauds de rando hivernale. Test réussi pour moi, et mon appréhension d’irritabilité s’est envolée.

MAIS, à ce jour je n’ai pas trouvé chaussette de laine à mon pied pour mes randonnées estivales ! Trop chaudes. Il existe différent grammage de laine pour gérer la température ressentie à l’intérieur de la chaussure mais je n’ai pas trouvé et essayé de laine suffisamment fine.

Donc la laine est un excellent matériau à mon sens pour les vêtements de randonnée, mais pas pour les chaussettes de rando estivales. Trop chaudes, trop chères, trop fragiles.

Toutes ces connaissances des matériaux sont indispensables pour bien choisir ses vêtements, ces chaussures et son matériel de randonnée. Vous en trouverez un condensé dans le Pack de Préparation au Trek que j’ai conçu.

Étape 2 : la bonne taille (basse ou mid ?)

Maintenant que nous avons sélectionner le bon matériau, il va falloir choisir la bonne taille. Car quoi qu’on en dise : ça compte.

Il existe trois tailles de chaussettes cohérentes pour la pratique de la rando. Les basses, les mid et les hautes. Oublions les socquettes, et nous parlerons des chaussettes de contention à la fin de cet article.

Les hautes, souvent épaisses et bien chaudes seront utiles pour les randos hivernales.

Pour nos marches d’été, le choix se limite donc aux basses ou au mid. La vraie questions à se poser qui se cache derrière la taille est… quelle chaussette va avec les chaussures ?

Hé oui, n’oublions pas que l’objectif d’une chaussette est de limiter le frottement entre le pied et la chaussure. Notamment au niveau des malléoles et du talon. Donc la bonne taille de chaussette va dépendre de la hauteur des chaussures.

A première vue, on pourrait penser :

  • chaussure basse = chaussette basse
  • chaussure mid = chaussette mid

Hé bien non. Certaines chaussettes basses sont suffisamment hautes pour aller sur de la chaussure Mid, et nous protéger suffisamment le pied.

Mes chaussettes sont de celles-là. Lorsque j’ai commencé la rando, j’ai acheté des chaussettes mid pour aller avec mes chaussures mid de l’époque, les excellentes Renegade de Lowa.

Pour plus d’infos sur ces chaussures rendez-vous sur l’article que je leur ai consacré :





Or, il se trouve que la version basses de mes chaussettes sont suffisantes pour ce modèle mid de chaussure. Donc je ne porte plus que des chaussettes basses. Cela me fait économiser du poids, de l’espace dans mon sac et gagner du look 🙂

Effectivement, mon modèle de chaussettes (que je vous présenterai dans deux paragraphes) pèse en taille 43-46 :

  • 36 grammes en basse
  • 48 grammes en mid

Les Mid sont 33% plus lourdes que les basses, alors pourquoi porterai-je plus lourd dans mon sac si les petites me suffisent ? Réponse : il n’y a aucunes bonnes raisons à s’encombrer en rando. C’est d’ailleurs l’un des plus beau apprentissage que cette pratique nous offre, au gré des kilomètres.

Étape 3 : la chaussette de randonnée technique

Nous voilà équipé avec nos chaussettes en fibres synthétique, basses de préférences. Je précise que je conseille de la chaussettes dite « technique ».

Qu’est-ce qu’elle a de plus cette « chaussette technique » ?

  • elle est renforcée aux zones de frottements : pointes de pieds, talon, malléole, cheville
  • elle est cousue avec un seul fil, donc fini les ampoules aux coutures car il n’y en a plus !

Elles sont donc conçues par des randonneurs pour des randonneurs afin de moins se blesser les pieds. Or, le pied est l’organe principal du marcheur !

Étape 4 : la bonne couleur

CHAUSSETTES DE RANDO

Vous pouvez choisir la couleur de votre chaussette, tant qu’elle est noire.

Henry Ford

Je rejoins totalement Henry. Les chaussettes, c’est comme les voitures. Je ne prends plus que des chaussettes noires en randonnée. Pourquoi ?

Alors déjà, les chaussettes noires ont cet avantage esthétique d’être beaucoup moins salissantes que les chaussettes claires… Je me souviens du temps où je prenais encore des chaussettes blanches pour partir en rando… Au bout de quelques jours, elles ne donnent vraiment plus envie de les mettre.

Et puis, lorsqu’on part en randonnée sur plusieurs jours, voire au long cours, il arrive forcément un moment où il va falloir laver ses chaussettes. Qui dit laver, dit sécher. Or, la couleur noire est la couleur qui capte et accumule le plus les rayons du soleil (soleil = sèche linge).

En l’occurrence, d’après mon expérience, les chaussettes noires sèchent 30% plus vite que des chaussette claires. Et lorsque la météo n’est pas parfaite (comme souvent), il vaut mieux pouvoir les sécher vite si on veut les mettre sèches aux pieds le lendemain matin.

La Suite…

Alors maintenant que nous avons fait nos quatre étapes pour bien choisir nos chaussettes avant de partir en rando, je vais vous présenter l’astuce qui a changée ma vie de randonneur. Cette astuce participe au fait que je n’ai pas eu d’ampoules durant les 15 000 derniers kilomètres que j’ai parcouru à travers l’Europe.

Mais avant, voici la référence de mes chaussettes techniques de randonnée que j’utilise tout le temps :







L’Astuce qui fait toute la différence

Et maintenant, voici l’heure de l’astuce. Je tiens à préciser que je n’ai pas le mérite de l’avoir inventée. Elle est vieille comme le monde. Mais elle a été massivement oubliée par la majorité des marcheurs qui parcourent les sentiers de randonnée.

Cette astuce ? C’est la pause.

Ou plutôt les pauses. En effet, la majorité des randonneurs marchent entre 15 et 35 kilomètres par jours. Beaucoup d’entre nous faisons la pause du midi pour manger, mais c’est tout.

Or la pause, à intervalle régulier peut littéralement changer la vie du randonneur ! Elle permet entre autre :

  • de moins se fatiguer
  • donc de moins se blesser
  • de mieux récupérer (= moins de courbatures)
  • de grignoter
  • de se masser
  • de profiter de la beauté du Monde
  • d’enlever ses chaussures et ses chaussettes pour les faire sécher à intervalles réguliers

Cher ami lecteur, si tu es encore en train de lire cet article, c’est que tu es intéressé par le choix des chaussettes, par la randonnée certainement, et que tu te poses les bonnes questions, félicitations !

Effectivement, le dernier point de la liste des avantages de la pause est à mon sens LA RÉPONSE à la question cachée derrière la question. C’est à dire, qu’en se demandant « comment choisir des bonnes chaussettes de randonnée », en fait… on cherche à savoir « comment prendre soin de nos pieds ».

Alors, en bons occidentaux que nous sommes, nous imaginons que pour prendre soin de nous il faut acheter. Acheter des chaussures, acheter des chaussettes, ect ect… Oui, du bon matériel, de bons outils c’est important. Mais il ne faut pas oublier que notre premier et principal outil, c’est notre corps. Et qu’il est merveilleusement bien fait.

Savoir utiliser son Corps

En apprenant à utiliser notre corps, comme par exemple en pratiquant la randonnée, nous apprenons que nous sommes capable de faire, d’accomplir des choses qu’on ne soupçonnait pas ! Atteindre Saint-Jacques à pieds, traverser une chaîne de montagne, ou bien un continent, tout devient possible…

Revenons à notre pause. Toute la problématique des chaussettes de rando est d’éviter les ampoules et d’être en confort (notamment thermique). Comme nous le verrons dans le dernier chapitre, l’apparition des ampoules est liée à une surchauffe, aggravée par l’humidité.

Les pauses permettent d’améliorer tout les facteurs anti-ampoules ! Une pause d’une durée de 5 à 25 minutes permet d’arrêter l’effort. Donc non seulement on arrête de faire monter la température des pieds, mais en plus on la diminue.

En plus, pour maximiser le bien-être de nos chers pieds, pourquoi pas enlever les chaussures et les chaussettes ? La température redescendra encore plus bas. Et chaussures et chaussettes pourront sécher le temps d’un instant.

Diminution de la température, séchage des pieds / chaussettes / chaussures … voilà une solution parfaite contre les ampoules ! Et c’en est une parmi d’autres dont on parle dans le Pack de Préparation :





Le Pied Unique

Comme on en parle dans ce pack, nos pieds sont uniques. Nous avons tous des mensurations différentes : taille, largeur, coup de pied, voûte plantaire, ect ect…

Donc en ce qui concerne le choix des chaussettes, et pire encore des chaussures, nous ne sommes pas égaux. En plus des dimensions différentes, nous avons :

  • une sudation différente. Certain ne sue que très rarement, là ou d’autres sont en nage dès le premier effort. De plus, nous ne suons pas tous également des même endroits : pieds, aisselles, mains, dos, …
  • une résistance de la peau aux frottements différente. Un bon entraînement avant de partir sur une grande randonnée permet de s’accoutumer à ces frottements
  • une sensibilité différente au matériau. Par exemple quelqu’un qui ne supporte pas la laine ne la supportera pas, c’est comme ça…
  • une vascularisation des jambes différentes

En fonction de nos différences, certains d’entre nous utilisent ou sont tentés d’utiliser des chaussettes un peu différentes. Nous allons en voire quelque unes assez répandues.

Les chaussettes de randonnée doubles

Voici un commentaire que Patoche 53 a posté sur ma vidéo de la chaîne YouTube ( lien vers la chaîne : Chaîne de David ) :

Salut David, Ta vidéo est très intéressante mais incomplète. Que penses tu des chaussettes doubles?

Patoche

C’est une question intéressante, et voici approximativement ma réponse :

« Salut Patoche, je n’ai jamais utilisé de chaussettes doubles à ce jour. Sur la papier, elles ont l’air très bien notamment en termes de protection contre les ampoules, cependant :

  • elles sont en moyennes 2 à 3 fois plus chères que les « simples »
  • selon les données techniques que j’ai glanées, elles sont en moyenne 50% plus lourdes

Alors pourquoi porter des chaussettes plus lourdes et plus chères alors que je n’ai déjà pas d’ampoules avec mes chaussettes techniques simples ? … »

A nouveau, je n’en ai jamais essayé car je n’en vois pas l’intérêt à titre personnel. Cependant, pour modérer mon propos, un randonneur ayant une très grande sensibilité aux ampoules pourrait peut-être trouver cela utile d’investir dans ces genre de chaussettes, si les simples ne lui suffisent pas.

Les chaussettes de contention

Les chaussettes de contention ou de compression sont faite pour ceux d’entre nous qui avons des problèmes de vascularisation. Lorsqu’on marche ou que l’on coure, le sang descend dans nos membres inférieurs pour y amener l’oxygène et le sucre nécessaires au muscle.

Mais, il a parfois du mal à remonter. Gonflements, bleuir, piquotements, varices, voilà ce que l’on risque. Le principe de ces chaussettes, en gros : comprimer les mollets afin d’empêcher trop de sang d’y descendre et l’aider à remonter.

C’est la réponse qu’à trouver la médecine, et n’étant pas médecin, je ne vais pas la commenter. En revanche, en tant que Formateur en Randonnée, Véronique me posait cette sur YouTube :

Bonjour, Merci pour tous les bons conseils ! Je prévois de partir 3 mois sur le chemin de Compostelle le printemps prochain. Lorsque je marche longtemps je suis obligée de mettre des chaussettes de contention. Faut il mettre les deux paires de chaussettes l’une sur l’autre (contention + technique) ? Merci

Véronique

Vu la température générée par les grandes journées de marche, il vaut mieux ne mettre qu’une seule paire. En l’occurrence, en cas de nécessité, celle de compression.

Chaussettes imperméables

On me demande aussi à l’occasion si les chaussettes imperméables peuvent être utiles en randonnée. Je n’ai jamais essayé à titre personnel, mais j’ai eu vent de quelques retours d’expériences sur la question.

L’avantage de la chaussette imperméable pour pratiquer la rando c’est que l’on peut chausser des chaussures très légères et respirantes même pour partir sur du long cours. Les jours de pluie, on chausse des chaussettes imperméables, de cette façon notre pied reste au sec, du moins vis à vis de la pluie. Les chaussures ultra-légères sècheront très rapidement quand la pluie cessera. Le randonneur économise donc du poids de chaussure et du confort au pied.

Mais… :

  • les chaussettes imperméables doivent tremper le pied dans sa propre sueur
  • elles sont sensibles à la chaleur
  • le randonneur doit gérer de prendre des chaussettes classiques + des chaussettes imperméables
  • elles sont 5x plus chères
  • et 50% plus lourdes

Vu les avantages / inconvénients de cette technique, je pense qu’elle sera apprécié uniquement par des trekkeurs expérimentés qui sont prêt à assumer ces lourds inconvénients.






Leave a Reply