Les guêtres de randonnée, c’est quoi ? Pour celles et ceux qui ne les connaissent pas encore, elles ont l’air d’un truc bizarre… mais en fait, c’est un équipement très utiles pour partir randonner, été comme hiver. Concrètement, la guêtre est en textile souvent imper-respirant qui vient protéger les chaussures et le bas du pantalon du marcheur. Aujourd’hui je vous présente comment les utiliser, leurs avantages et inconvénients, puis vous trouverez la référence de celles que j’utilise moi-même à la fin de cet article.

Comment ça marche ?

Voici la réponse en vidéo 🙂 :

J’admets qu’au début, ce n’est pas toujours évident de mettre et enlever ses guêtres. Mais au bout de plusieurs utilisations, le mouvement devient automatique, et tout devient plus simple.

Les avantages des guêtres

Maintenant que nous avons vu comment les utiliser facilement, voyons quels sont ses avantages sur le terrain, avant de voir ses inconvénients. Enfin, je vous présenterai le modèle que j’utilise moi-même pendant mes randos.

Empêcher l’eau de rentrer

La première qualité de la guêtre est d’empêcher l’eau de rentrer dans les chaussures. Elle a été inventée pour ça, et elle vaut le coup d’être utiliser juste pour cet atout ! Effectivement quand il pleut, l’eau finit toujours par rentrer dans les chaussures. Soit par la membrane qui ne résiste pas indéfiniment, soit en ruisselant le long de la jambe… Et là c’est le drame…

Avez-vous déjà fait une journée de marche entière avec les chaussures gaugées d’eau ? Hé bien, ça fait « sploutch sploutch » à chaque pas… ce n’est pas très amusant sur le coup. Le soir, on a les chaussures, les chaussettes et les pieds trempés qu’il faut faire sécher. Si l’on randonne à la journée et que l’on rentre chez soi le soir, c’est gérable. Si l’on est parti faire une randonnée sur plusieurs jours, un trek dans des conditions météo pas toujours évidente ou un pèlerinage sur plusieurs semaines voire plusieurs mois ! Là c’est beaucoup plus gênant…

Heureusement, il y a la guêtre de randonnée ! Elle ne remplace pas une bonne paire de chaussures de rando, mais elle les complète. Par exemple, si vous vous êtes équipés de chaussures Gore-Tex, vous allez pouvoir éviter de prendre l’eau en cas de petite pluie. Mais le Gore-Tex ne résistera probablement pas à un grosse pluie d’orage ou une journée ou il pleut douze heures d’affilée non-stop. C’est là que les guêtres rentrent en jeu, et sauvent la partie.

Highlands en Ecosse...
L’Ecosse, une destination humide où les guêtres sont les bienvenues !

Également la Rosée

La Rosée qui perle au bout des herbes au petit matin, sous les premiers rayons du soleil, c’est magnifique. Mais ça mouille. Et beaucoup ! Marcher dans l’herbe haute pleine de rosée est particulièrement détrempant pour les chaussures. La guêtre aide à empêcher l’eau de rentrer. Cependant, le problème avec la rosée, c’est qu’elle se dépose surtout sur le bout du pied, ce qui difficilement évitable.

La Neige

Pour ceux qui aiment partir marcher dans le blanc manteau neigeux de l’hiver, les guêtres sont indispensables. Le problème avec la neige, c’est que dès qu’on rentre dans de la poudreuse, on s’y enfonce, et elle, s’enfonce dans nos chaussures et nos chaussettes… C’est d’ailleurs pour cela que nous randonnons plutôt avec des raquettes à neige : pour ne pas s’enfoncer !

Cependant, même en raquette, notre poudreuse adorée à tendance à se faufiler partout. Elle se dépose sur les chaussures, et là :

  • soit elle fond, et on se retrouve avec les pieds mouillés par des températures (très) froides
  • soit elle se prend en glace, et elle fondra peut-être un petit peu plus tard

D’où l’intérêt des guêtres de randonnée qui vont empêcher la neige de venir là où on ne la veut pas.

Le Sable et les petits cailloux

Marcher dans le sable, sur la plage ou dans le désert est vraiment une superbe expérience. Sauf… le sable ^^. Pour avoir marcher des semaines entières dans le sable au bord de l’Océan atlantique, je peux dire que la marche sur sable a quelques particularités… en plus d’être plus difficile dans le sable décompacté, ce dernier va partout. Et quand il y a du vent, c’est véritablement partout, y compris dans des endroits improbables !

Sable ocre en Algarve
Ma traversée de l’Algarve, sur sable 🙂

En ce qui concerne les chaussures, les guêtres sont vraiment souhaitables dans le sable (surtout décompacté, comme sur nos plages après le passage de la dameuse par exemple), car même des chaussures Mid et un pantalon long ne suffiront pas à l’empêcher de passer.

De même, les petits cailloux qui s’accrochent par temps humides sous nos chaussures, aiment à venir se mettre dans nos chaussures… Je pense notamment à ce que les géologues appellent des « sables granitiques » que l’ont rencontre, par exemple, en Auvergne ou dans le Morvan.

La végétation basse

Nous avons déjà parlé des herbes qui nous couvrent littéralement les chaussures de rosée au petit matin. Et bien les guêtres nous protègent même lorsque nous marchons dans de la végétation basse sèche. Des ronces, orties, et autres végétaux peu accueillants. De même dans les biotopes de garrigues, les petites branches vivaces agressent et écorchent nos mollets. Dans ces cas de figure, des guêtres hautes avec un textile résistant sont les bienvenues.

Enfin… la Boue

Je ne sais pas si vous avez déjà fait attention à cela, mais quand on regarde des photos de la guerre de 14-18, tous nos poilus étaient équipés de guêtres car ils trempaient littéralement dans l’eau et la boue au fond de leur tranchée ! Alors quand j’ai rallier Paris à Bruxelles à pied, j’ai eu une pensée émue pour mon arrière-grand-père, Pépé Henri, qui a fait les Chemins des Dames en 1917, et qui a été blessé.

Dans cet région argileuse, dès qu’il pleut les chemins se transforment en bourbier. Moi qui ne suis qu’un randonneur de plaisance, je glissait déjà pas mal. Alors j’imaginais Pépé, écrasé sous le poids de son paquetage et son fusil, courir entre les trous d’obus, sous un tir de barrage de l’artillerie Allemande !

Bref, pour en revenir à nos guêtres, je les utilisent également lorsque le terrain est boueux. Elles sont pleines de boue, mais mon pantalon reste propre pour la soirée au bivouac ou au refuge.

Quand utiliser les guêtres en randonnée ?

Il est conseillé d’utiliser les guêtres quand on part marcher à la journée par temps de pluie, de neige, dans le sable ou la boue ou la montagne.

De plus, je vous conseille de vous équiper de guêtres dès que vous partez marcher plusieurs jours. En effet, on est jamais sûr de la météo. Une journée pluvieuse ou une simple pluie d’orage (très imprévisible, surtout en montagne) suffit souvent à détremper ses chaussures. Et lorsque l’on part vivre plusieurs jours en extérieur, avec nuits en tente ou en refuge, ce n’est vraiment pas agréable. Il y a beaucoup d’autres choses à prévoir avant de partir, comme nous en parlons en détail dans le Pack de Préparation à la randonnée (+ d’infos sur ce lien), mais nous nous cantonnerons aux guêtres pour cet article.

Les inconvénients des guêtres

Après avoir parlé des avantages des guêtres, voyons maintenant leurs inconvénients.

Le poids

La plus grande leçon de vie que m’a enseignée la Randonnée, est simple, efficace, et tient en seulement deux mots : « Partir Léger ». Donc oui, les guêtres sont un poids supplémentaires à assumer dans son sac à dos, mais oui elles sont à mon sens indispensable. En termes de poids, ma paire de guêtres pèse 200 grammes.

Ca tient chaud

Second inconvénient des guêtres de randonnée, c’est qu’elles tiennent chaud. C’est le problème de tout les textiles imperméables ou imper-respirant. S’ils empêchent l’air de rentrer, ils l’empêchent aussi de sortir et ça fait chaud au pieds. La solution à ce problème est de mettre et d’enlever les guêtres autant de fois que nécessaire pendant une journée de marche, de façon à les mettre le moins possible.

De plus, la guêtre empêche l’eau de la pluie de rentrer… donc empêche forcément un peu l’eau de la sueur de sortir. Et croupir dans sa sueur n’est pas meilleur que croupir dans de l’eau. Même solution que précédemment.

Dur à mettre

Je vous ai prévenu tout à l’heure, au début les guêtres sont parfois un peu difficile à mettre et à enlever. A nouveau, en quelques sorties le geste s’apprend bien 🙂

Mes guêtres de randonnée

Pour ma part, j’ai choisi d’utiliser les guêtres Trek500 Quechua de Décathlon. J’ai marché un an et demi, 15 000 kilomètres de trek avec ce modèle dans mon sac. Alors, je ne les ai pas portées tous les jours bien entendu, mais ça fait environ 150 journées d’utilisation, soit 5 mois complets. J’en suis à ma deuxième paire, ayant abîmé la première au niveau de la fermeture éclair.

Ca fait une espérance de vie d’au moins 75 jours sous la pluie, dans la neige, les ronces, le sable etc etc… en restant tout à fait imper-respirant, le tout pour 15€ la paire. En clair, c’est un excellent rapport qualité/prix :


Leave a Reply