Je prends toujours ma trousse de secours quand je pars en randonnée ! Elle est juste là, dans la pochette du dessus de mon sac, toujours à portée de main en cas de premiers soins à effectuer. Et aujourd’hui je partage avec vous son contenu en termes de matériel et de médicaments. Je tiens à préciser que ma version de la pharmacie de randonnée n’est que mon avis. Donc nous allons d’abord voir ensemble les recommandations officielles de la FFRP, puis je vous présenterai ma trousse de secours randonnée personnelle !

La Trousse de secours de randonnée de base

La FFRP (Fédération Française de Randonnée Pédestre) et plus particulièrement sa commission médicale recommande à tous ses pratiquants de toujours avoir avec soi une trousse de secours comprenant cette liste de matériel :

  • des pansements de tailles diverses, et si possible imperméables
  • des pansements seconde peau type Compeed pour les ampoules
  • quelques compresses stériles 10cm x 10cm
  • du sparadrap
  • des sutures collantes type « strap »
  • du désinfectant
  • quelques dosettes de sérum physiologique
  • 2 tire tiques (2 tailles différentes)
  • une pince à épiler
  • une couverture de survie
  • une paire de gant en latex
  • un sac poubelle pour gérer les déchets, emballages…
  • médicaments : anti douleur et antidiarrhéique
  • et enfin du sucre pour les hypoglycémie !

De plus, si vous êtes en cours de traitement, il est recommandé d’avoir dans votre trousse de secours vos médicaments sur vous pour une durée plus longue que la sortie prévue (justement en cas d’imprévus).

Ainsi que votre fiche de renseignements d’urgence mentionnant vos maladies et traitements en cours, vos allergies, la personne à prévenir en cas d’accident et votre médecin traitant.

La Trousse de secours de l’animateur d’un groupe

Le contenu d'une trousse de secours

Vous le savez déjà probablement, mais pour rappel la FFRP est la fédération qui encadre la randonnée en France. La randonnée… et beaucoup de clubs de randonnée qui lui sont rattaché ! Et dans un club, on marche en groupe, par conséquent il y a un animateur de groupe (qui est notamment responsable de la sécurité des participants).

La FFRP préconise donc une trousse de secours plus fournie pour l’animateur. Concrètement, il doit emporter le double de tout le matériel dont on a fait la liste précédemment, au cas où.

De plus, il doit avoir dans sa trousse la fiche d’alerte. Une simple feuille où l’on rappelle le process à appliquer lors d’un appel à l’aide au 112 (ou au 18 ou 15 en fonction du problème) en cas de pépins. D’ailleurs, un petit rappel ne fait jamais de mal :

  • le numéro 112
  • motif de l’appel
  • situation géographique
  • état de la victime
  • composition du groupe
  • mesures prises

A titre perso, quand j’encadre un groupe de randonneurs, je leur montre toujours avant de partir où est ma trousse de secours dans mon sac. De cette façon, même si c’est moi la victime et que je suis inconscient, ils savent où est le matériel de secours pour me prendre en charge !

Résumé d’une bonne trousse de secours

Voilà pour les préconisations de la fédé, et il me semblait important de commencer par là. Je vous invite tout de même à ne pas devenir parano en voyant la longue liste de matériel ! La marche est l’activité physique la plus préconisée par les médecins car elle est bonne pour la santé et la tête.

Concrètement une bonne trousse de secours de randonnée doit être équipée au minimum pour gérer les petites blessures, qui sont les plus fréquentes :

  • ampoules
  • coupures avec hémorragie légère
  • diarrhées
  • piqures de tiques (si le sujet vous intéresse, vous apprécierez probablement cet article : « Comment se protéger des Tiques en randonnée« )
  • hypoglycémie
  • éventuellement hypothermie d’un blessé en attendant l’arrivée des secours

Pour des blessures plus graves, la trousse de secours ne suffira pas. Votre rôle consiste alors à prendre en charge le blessé, appeler les secours, et éventuellement prodiguer les gestes de premiers secours que le centre d’appel d’urgence vous demandera de faire. Le mieux serait même de faire sa formation PSC1, mais nous en reparlerons plus en détail dans la suite de cet article.

Ma trousse de secours de randonnée personnelle

A titre personnel, voici le contenu de ma trousse de secours qui est contenu dans un sac ziplock étanche :

  • mes tire-tiques (à mon avis le plus grand danger pour les randonneurs)
  • quelques pansements. J’ai essayé les « imperméables », mais sous une vraie pluie ils ne tiennent pas longtemps
  • du désinfectant
  • 1 ou 2 compresses stériles 10 x 10cm
  • un peu de sparadrap pour les faires tenir
  • ma pince à épiler pour les échardes
  • quelques pastilles MicroPur pour la purification de l’eau au cas où mon Filtre Mini Care+ ne suffise pas
  • une dosette de sérum physiologique
  • un gant en latex sur le dessus de la trousse pour pouvoir intervenir rapidement sur une hémorragie sans générer de surinfection
  • je ne prend ma couverture de survie que quand je pars ultra léger à la journée
  • j’ai arrêté de prendre des médicaments, je préfère « laisser faire la nature »
  • j’ai arrêté de prendre des compeed le jour où j’ai appris à ne plus jamais avoir d’ampoules !

Évidemment, tout cela à un poids. Or, nous autres randonneurs, nous n’aimons pas ce qui est lourd ! C’est donc à vous de faire votre arbitrage entre votre légèreté et votre trousse de secours. Je reprécise que la mienne n’est pas parfaite, et qu’elle ne reflète que mon avis sur la question.

Où trouver sa trousse de secours randonnée ou trekking ?

Vous pouvez faire votre trousse de secours vous-même, avec ce que vous avez déjà dans votre pharmacie à la maison, et en complétant éventuellement en allant acheter le reste à la pharmacie.

Sinon vous pouvez trouver vos trousses de secours en kit déjà tout prêt à un prix raisonnable, il y en a sur le site de Décathlon par exemple ou sur Amazon (First Aid) :

Évidemment, la trousse de secours dont on parle aujourd’hui pourra vous servir pour tout vos voyages et vos sorties outdoor ! Que ce soit en rando, camping, trail, vtt, escalade…

Mon avis sur la Gestion du risque en Randonnée / Trekking

Le risque existe, mais il est évidemment différent entre une petite marche de 2 heures, une randonnée de 7 jours ou un trekking de 6 mois en haute montagne !

Pour une balade près de chez soi ou une randonnée en zone civilisée, le risque n’est pas énorme, dans la mesure où vous serez souvent à portée d’une pharmacie, ou des secours en cas d’appel aux urgences.

Mais lorsque l’on part dans un trekking un peu plus engagé, dans un endroit plus reculé ou un pays sous développé, la question mérite d’être posée plus sérieusement ! Car dans ce cas de figure, vous devez compter surtout sur vous-même, voir exclusivement sur vous en cas d’expédition extrême.

Alors comment on gère son risque ? Lors de ma formation d’actuaire en assurance, on m’a appris ceci :

Risque = probabilité d’occurrence x gravité en cas d’occurrence

En gros, la fréquence du problème fois sa gravité. Et ce principe universel est incontournable lorsque l’on prépare un trek. Lorsque je suis parti marcher 5 000 km seul pour traverser l’Europe, je me suis préparer en me posant exactement ces questions. En effet lors de ma traversée de la Scandinavie, des passages de mon itinéraire (le E1 en l’occurrence) avait 200 kilomètre sans ravitaillement. Ceci pose la question de la nourriture, mais aussi celui de sa sécurité en cas de pépin…

Limiter le risque de blessure en rando

Limiter les risques de blessures en randonnée

Bref, selon l’équation des assureurs, il y a 2 façons de réduire son risque :

La première est de limiter les chances que le risque se produise. Pour un randonneur, c’est par exemple du matériel adapté, d’avoir une alimentation qui permet d’être en forme toute sa journée de marche, de ne pas prendre de risques inutiles, d’écouter son corps avant de se blesser, et bien entendu la vigilance à chaque instant. Pour aller plus loin, quand Sylvain Tesson met une clochette sur son sac et prend un sifflet quand il traverse la Sibérie, c’est pour diminuer le risque de rencontre avec un ours !

La deuxième est de limiter sa gravité. Là vos seuls alliés sont une bonne santé et une bonne préparation physique pour moins se blesser lorsque le pépin est arrivé ! Typiquement, un jeune trekker de 25 ans sportif de haut niveau à moins de chance de se casser le col du fémur en tombant dans la caillasses, qu’une retraité de 70 ans débutante en rando. Et après coup, une bonne trousse de secours sera la bienvenue.

L’expérience et l’accoutumance vous seront aussi très utiles, mais cela nécessite du temps, au moins que vous n’investissiez dans des retours d’expérience d’autres trekker plus expérimentés que vous.

Dans le cadre de mon activité de Formateur en Randonnée par exemple, je propose un programme vidéo dédié spécifiquement à l’évitement des blessures, et leur prise en charge une fois qu’elles sont survenues ! Et contrairement à ce que l’on peut croire, les solutions ne sont pas spectaculaires, il s’agit bien souvent de bon sens. Franchement, si tous les randonneurs en faisaient preuve, le PGHM et les secours en général serait beaucoup moins sollicités

Alors si vous voulez vous aussi limiter les risque de blessures en rando, je pense que ce programme vidéo est fait pour vous :

Faire sa formation PSC1

Enfin et en complément de cet article sur les trousses de secours en randonnée, je vous invite à passer votre PSC1 (anciennement AFPS) ! C’est à dire la formation Premiers Secours. Il s’agit d’une journée de formation en présentiel avec des professionnels du secourisme. Vous y apprenez à prendre en charge une blessure, un blessé conscient ou inconscient, et à faire correctement un appel aux services d’urgences.

Cela ne vous coûtera que quelques dizaines d’euros, vous prendra une seule journée, et pourra faire la différence entre la vie et la mort de vos proches, d’accidentés croisés sur le chemin ou de vous-même ! Et à titre perso je la refais tous les 2 ans pour me faire une piqûre de rappel (vraiment utile celle-là).

Voilà, j’espère que la lecture de cet article vous aura plu et apportée quelque chose ! N’hésitez pas à me laisser votre commentaire pour me dire ce que vous en pensez. Et à vous abonnez à la NewsLetter pour être informé de la sortie des prochains articles :

Ma trousse de secours en vidéo

Et comme d’habitude, pour celles et ceux qui préfèrent la vidéo, voici la présentation de ma trousse de secours de randonnée au format vidéo :

Mentions Légales : je tiens à préciser que je ne suis pas professionnel de santé, ni professionnel du secours. Vous êtes seul responsable de votre sécurité lors de vos sorties randonnées, et je ne peux que vous inviter à bien les préparer et à vous former afin de garantir votre sécurité.


Leave a Reply

Your email address will not be published.

Je m’appelle David Blondeau, et après avoir marché 15 000 km de trek en autonomie j’ai passé ma Certification Professionnelle en randonnée. Depuis 2017 j’aide les randonneurs & trekker à se préparer à partir léger et en sécurité sur les sentiers ! Notamment grâce au blog, mais aussi aux stages de trekking, formations vidéos et mes coaching 🙂