Quelles sont les étapes du Tour du Mont Blanc en randonnée ? On fait le Tour du Mont Blanc en général en 5, 7, 10 jours ou plus en fonction de votre rythme. Et pour cause, le TMB fait environ 170 kilomètres et 10 000 mètres de dénivelé ! Quelque soit votre projet, vous trouverez tout ce qu’il faut savoir concernant les étapes, l’itinéraire, les refuges, les cols à franchir, etc…

Quel niveau pour faire le Tour du Mont Blanc ?

A peu près tout le monde peut faire son Tour de Mont Blanc, la question est : en combien de jours ? Concrètement, voici ce que représente une journée moyenne sur le TMB :

  • en 5 jours : 34 km et 2000 m de dénivelé positif, et autant de négatif, réservé au randonneurs et sportifs de haut niveau
  • 7 jours : 24 km 1430 m de dénivelé, accessible aux randonneurs expérimentés ayant une bonne forme physique
  • 10 jours : 17 km et 1000 m de dénivelé, accessible aux randonneurs
  • 14 jours : 12 km et 700m de dénivelé, accessible au grand public en bonne santé

Si vous pratiquez la randonnée, vous vous rendrez compte de ce que vous êtes capable de faire sans vous blesser. Si vous avez l’ambition de faire plus que d’habitude (kilomètres et dénivelés) pour faire une performance sportive, nous vous invitons à vraiment bien vous préparer physiquement pour éviter la blessure. Nous y reviendrons dans le paragraphe « Préparation Physique au TMB ».

Et enfin, sachez il est possible d’organiser le portage de son sac à dos entre les étapes en passant par une agence. Ceci permet de rendre accessible cette randonnée mythique autour du massif du Mont-Blanc accessible à beaucoup (presque tous).

Le Tour du Mont Blanc en 5 étapes

Mon TMB en 5 jours

Nous avons fait notre Tour du Mont-Blanc en 5 journées de marche en 2018, dans une optique de challenge et de performance. Vous retrouverez le récit de cette randonnée juste ici : Mon TMB en 5 jours de marche .

Étape 1 : Les Houches > Refuge de la Balme (trop court)

Étape 2 : Refuge de la Balme > Courmayeur (trop long)

Étape 3 : Courmayeur > La Fouly

Étape 4 : La Fouly > Bovine > Trient (Le Peuty)

Étape 5 : Le Peuty > Le Brévent, au-dessus de Chamonix (trop court)

Étape 6 au matin : Le Brévent > Les Houches

Le Tour Du Mont Blanc en 7 étapes

La prochaine fois que nous ferons notre TMB, ce sera en 7 jours pour pouvoir plus profiter du paysage et faire une variante de plus. Et passer un bon moment dans la montagne. Tout en se défoulant quand même sur les sentiers. En effet, cette boucle autour du massif du Mont Blanc nous fait passer par des endroits vraiment magnifiques . Voici nos 7 journées de marche prévues :

Étape 1 : Les Houches > Les Contamines-Montjoie > Refuge de la Balme

Étape 2 : Refuge de la Balme > Col de la Croix du Bonhomme > Col de la Seigne > Val Veni > Refuge Elisabetta Soldini

Étape 3 : Refuge Elisabetta > Courmayeur > Refuge Bonatti

Étape 4 : Refuge Bonatti > Col du Grand Ferret > La Fouly

Étape 5 : La Fouly > Praz de Fort > Champex-Lac > Trient (Le Peuty)

Étape 6 : Trient > Col de la Balme > Tré le Champ > Lac Blanc (détour)

Étape 7 : (détour) Lac Blanc > Le Brévent > Les Houches

Le Tour du Mont Blanc en 10 étapes

Enfin, pour celles et ceux qui souhaitent aller plus lentement et/ou profiter encore plus, voici une suggestion d’étapes du Tour du Mont Blanc en 10 jours :

J1 : Les Houches > Col de Voza > Les Contamines-Montjoie

J2 : Les Contamines > Col de Bonhomme > Refuge du Col de la Croix du Bonhomme

J3 : Refuge du Col de la Croix du Bonhomme > Col des Fours > La Ville des Glaciers > Col de la Seigne > Refuge Elisabetta Soldini

J4 : Refuge Elisabetta > Col du Chécroui > Courmayeur > Refuge Bertone

J5 : Refuge Bertone > Vallée de la Doire de Ferret > Refuge Elena par le Val Ferret

J6 : Refuge Elena > Col du Grand Ferret > La Fouly

J7 : La Fouli > Praz de Fort > Champeix-Lac

J8 : Champeix > Trient (Camping communal Le Peuty)

J9 : Trient > Refuge du Lac Blanc (détour)

J10 : Lac Blanc > Le Brévent > Les Houches

Comment organiser son Tour du Mont Blanc ?

L’organisation d’un Tour du Mont Blanc ne s’improvise pas. Nous pouvons vous accompagner de A à Z grâce à notre Programme de préparation vidéo au TMB. Dans tous les cas, sachez que la période estivale à cette altitude est juillet-aout. Et que les refuges ouvrent de mi-juin à mi-septembre pour la plupart. Cependant, des névés peuvent être encore très présents en juin, notamment sur les points hauts du tour.

Si vous souhaitez dormir en dur dans les refuges, nous vous invitons à réserver très à l’avance (ce site permet de centraliser toutes les réservations). Plusieurs mois avant vos dates serait bien, afin d’être sûr de trouver de la place !

En effet le Tour du Mont Blanc est très fréquenté en haute-saison. Vraiment très fréquenté. Les habitués des GR seront étonnés de voir tant de monde. Pour celles et ceux qui aiment un peu plus de calme, le faire en juin ou après le 15 aout permet d’en trouver plus. Et en vous levant tôt, vous pourrez jouir des sentiers et de la montagne avant qu’elle ne soit très peuplée.

Carte du Tour du Mont Blanc

En termes de navigation, nous privilégions les applications sur smartphone telle qu’IphiGéNie (IGN au format numérique). Mais la bonne vieille carte IGN ref 89025 ou le topo-guide de la FFRP fonctionnent très bien également.

Où commence le TMB ?

Traditionnellement, on fait commencer le Tour Du Mont Blanc au départ des Houches, près de Chamonix. Et on part dans le sens contraire des aiguilles d’une montre, c’est à dire vers le Sud, les Contamines-Montjoie puis l’Italie. Cependant, l’avantage du TMB est que c’est une boucle autour d’un massif. Vous pouvez donc commencer et finir là où vous voulez.

De même, le faire dans le sens des aiguilles d’une montre changera le point de vue et vous permettra de croiser les groupes, au lieu de les doubler. Cette astuce intéressera certainement ceux qui cherchent un peu plus de calme sur les sentiers.

Où bivouaquer sur le TMB ?

Le bivouac est soumis à des réglementations selon le pays où nous nous trouvons. En effet, le sentier du TMB passe dans trois pays : la France, l’Italie et la Suisse.

TMB Vu du Val Ferret

En France, de manière générale nous bénéficions du droit de bivouac. C’est à dire le droit de poser une tente entre le coucher et le lever du soleil. Attention, certains parcs naturels et autres réserves naturelles interdisent le bivouac hors de zones prévues. Et le sentier passe dans de nombreuses réserves (RN de Contamines-Montjoie, Aiguilles Rouges au nord de Chamonix, Carlaveyron…)

Évidemment, l’itinéraire passe par de nombreux refuges qui offrent tous une aire de bivouac. C’est à dire que vous avez le droit de planter gratuitement votre tente pour une nuit sur cette aire, tout en pouvant bénéficier des services payant du refuge si vous le désirez (douches, repas, ravitaillement, etc…).

En Italie le bivouac est interdit, mais toléré à plus d’une heure d’une route. Autrement dit il est interdit sur l’itinéraire du TMB.

En Suisse, le bivouac est strictement interdit. Nous vous conseillons de respecter cette interdiction. En effet, la culture Suisse est différente de la Française. Plus de discipline, d’appels à la police en cas de non-respect, et les amendes appliquées aux contrevenants proportionnelle au prix de la vie Suisse. Nous vous invitons donc à passer toutes vos nuits suisses en camping (comme l’adorable camping communal de Le Peuty à Trient), refuge ou gîte.

Préparation Physique au TMB

Comme nous l’avons évoqué, un TMB représente un niveau d’efforts physique important. Déjà, les journées de marche comportent beaucoup de kilomètres et de dénivelé. Ensuite, l’altitude moyenne est à environ 2000 mètres (soit 20% d’oxygène en moins). Enfin, quelques échelles (montée au Brévent) et passages techniques ponctuent l’itinéraire, surtout par les variantes qui montent haut en altitude.

Pour être prêt à endurer ces difficultés sans vous blesser, et surtout si vous partez dans un état d’esprit de challenge, il va falloir vous préparer physiquement avant de partir. Concrètement, nous avons été les premiers a créer un programme de préparation physique spécifique au trek. A travers des exercices d’endurance, de cardio et de renforcement musculaire ciblé, vous serez prêt à 100% à vous frotter au Tour du Mont Blanc.

Quelles chaussures pour un Tour du Mont Blanc ?

De manière générale, nous conseillons aux randonneurs qui se lancent sur le TMB de prendre des chaussures montantes. Et ce, afin de bien protéger leurs chevilles. Concrètement, la tige haute de ce genre de chaussure englobe et solidifie l’articulation de la cheville, et donc diminue le risque de blessure (notamment les entorses).

En revanche, si vous êtes un randonneur ou un trekker déjà expérimenté, ayant le pied montagnard, habitué à de la chaussure basse, allez-y… Gardez toutefois en tête que le Tour est particulièrement engagé en termes de dénivelé (10 000m de D+ pour 170km). Ce qui sollicite significativement les chevilles.

Pour aller plus loin dans détail du choix de vos chaussures, vous trouverez toutes les informations utiles sur cet article : Comment choisir ses chaussures de randonnée ?

Quel équipement de randonnée pour un Tour du Mont Blanc ?

Pour en Tour du Mont Blanc en haute saison (juillet-aout), un équipement de randonnée estivale suffira. Comprenant un sac, matériel minimum, bâtons (qui sauveront vos genoux dans les decente), éventuellement le couchage, etc… avec des vêtements en système 3 couches adaptés.

Si vous souhaitez partir plus tôt (les refuges ouvre dès mi-juin), renseignez-vous sur le niveau d’enneigement. En effet, un hiver tardif peut laissé enneigé les cols les plus hauts (surtout les cols des Fours et l’Arpette, mais aussi Seigne, le Grand Ferret..). Dans ce cas, il faut s’équiper de crampons, voire de piolet. Et le mieux serait d’avoir une expérience en montage enneigée pour pouvoir franchir les névés en toute sécurité.

Tour du Mont Blanc : l'étape du Col de la Seigne

Et voilà, les étapes du Tour du Mont Blanc n’ont plus de secret pour vous ! Nous vous souhaitons de bien vous préparer et de passer un bon moment sur les sentiers du TMB 🙂


Leave a Reply

Your email address will not be published.