Vous voulez débuter à pratiquer la Randonnée ou le Trek ? Faites bien attention à éviter ces 6 erreurs pour partir dans les meilleures conditions possibles.

Vous avez des étoiles plein les yeux quand on vous parle de trekking de haute montagne ou de bivouac en forêt ? Vous voulez débuter la randonnée ? Partir découvrir vos premiers GR en France et en Europe ? On ne peut que vous encourager sur cette voie. On va même vous donner quelques conseils. Parce qu’un sac trop lourd, une chaussure de rando trop rigide ou une distance mal calculée peut sévèrement impacter vos pérégrinations

Après plus de 15 000 kilomètres d’itinérance à travers le monde, on vous livre les 6 erreurs à éviter quand on est un randonneur débutant. La 6e risque de vous surprendre…

1) Débuter la randonnée avec un sac trop lourd

Tout randonneur est déjà passé par là. Oui oui, même nous chez LBR. Partir avec un sac trop lourd est l’erreur numéro un du randonneur débutant. Pas de honte à avoir, c’est tout à fait normal. En rando et en trek, on dit que l’on porte ses peurs. Seul sur les sentiers au milieu de la nature, on veut être prêt à toute éventualité. On a peur de manquer d’un outil, d’un élément de confort ou même de sécurité. C’est comme ça qu’on se retrouve avec un sac de randonnée plus lourd que la hotte du père Noël sur le dos. 

« Pour voyager heureux, voyagez léger » Saint-Exupéry 

Les randonneurs et les trekkeurs expérimentés le savent, le vrai confort, c’est la légèreté. Oubliez les « on ne sait jamais » et les « pourquoi pas ». Pensez minimaliste et sécurité. Mais alors le plus léger possible ça fait combien de kilos ?

Gardez en tête que le poids de votre sac de randonnée ne doit pas dépasser 20 % du poids de votre corps.

  • Pour un homme de 75 kg = 15 kg de sac maximum
  • Pour une femme de 60 kg = 12 kg maximum

Quelques conseils pour réduire concrètement le poids de votre sac 

  • Prendre un sac de 50 L maximum (même sur des treks de 7 à 15 jours)
  • N’emporter que des objets dont vous allez vous servir tous les jours
  • Évitez d’emporter ce que vous pouvez acheter sur place. Certains parcours de randonnée passent par des villages où l’on peut se ravitailler.
  • Privilégiez des aliments avec un bon rapport poids/apport calorique (éviter les conserves, les fruits, etc.)
  • Repérez les sources d’eau sur votre itinéraire pour éviter de trop en porter
  • Favorisez l’équipement léger (sans vous ruiner)

Après plus de 15 000 kilomètres de marche en autonomie à notre actif , on en a profité pour vous concocter un super pack de préparation au trek. Histoire d’approfondir encore plus vos compétences de trekkeur.

Plus vous aurez d’expérience, plus vous partirez léger. À chaque nouvelle randonnée, le poids du sac diminue. On apprend à identifier les éléments indispensables à sa sécurité et à mettre tout le reste de côté.

Bon à savoir :   Certaines conditions particulières comme des températures négatives ou une altitude élevée en haute montagne demandent un équipement particulier qui peut influencer le poids du sac.

2) Emporter du matériel neuf sur un trek

La deuxième erreur la plus commune chez les trekkeurs débutants c’est de partir en expédition avec du matériel neuf. Si vous achetez une nouvelle paire de chaussures de randonnée, portez-les plusieurs fois avant de les mettre pour de grosses randonnées. On dit qu’on « fait » ses chaussures. Une paire neuve est rigide. Les tissus et la membrane ne sont pas assouplis et le creusement au niveau des orteils n’est pas encore en place. Autrement dit, vous allez avoir mal aux pieds

Pour le reste du matériel c’est pareil. Imaginez-vous au beau milieu de la montagne. Vous réalisez après 30 kilomètres que votre sac à dos n’est pas adapté. Vous avez mal au dos et il vous reste encore 60 km avant votre destination. Vous allez y arriver, certes. Mais bonjour les douleurs aux cervicales et à la clavicule dans les semaines qui suivent. 

Même histoire pour la tente. Lors de votre premier trek sur le GR20, vous arrivez exténué au point de bivouac. La nuit tombe et vous galérez avec une tente que vous ne connaissez pas. Pire, il manque une sardine pour bien tendre la toile et la pluie commence à tomber. Vous avez saisi l’idée ? 

Quand vous préparez votre prochaine randonnée, anticipez au maximum sur l’achat de votre matos. Testez votre matériel en conditions réelles avant de partir à l’aventure pour bien le maîtriser. Ça vous permettra de profiter à fond de la nature et vous évitera tout un lot d’inconforts et de douleurs.

3) Mal régler son sac de randonnée

Sur les sentiers, on croise souvent des randonneurs et des randonneuses débutants avec des sacs mal réglés. Quand on marche 2 heures avec peu d’équipement, ça peut passer inaperçu. Sur un trek de plusieurs jours, c’est une autre histoire. Vous avez mal au dos, aux cervicales ou dans les hanches pendant et après une randonnée ? C’est sûrement un problème de réglage du sac à dos.

Pour résoudre ce problème, suivez les 6 étapes suivantes : 

  • 1) Mettez le sac sur le dos et desserrez toutes les sangles
  • 2) Positionnez la ceinture ventrale sur les crêtes iliaques
  • 3) Serrez la sangle ventrale
  • 4) Réglez les bretelles sans trop serrer (il faut pouvoir passer un pouce entre la lanière et l’épaule
  • 5) Fermez la sangle pectorale 
  • 6) Serrez la sangle de rappel (uniquement en côte ou lors de passages techniques)


Des images valent mieux que des mots, alors voilà pour vous le réglage du sac en 30 secondes :

4) Surestimer ses capacités physiques quand on débute en randonnée

Dans la vie en général, c’est bien d’avoir confiance en soi. Quand on débute la randonnée, il faut savoir rester réaliste et garder la tête froide. Surestimer ses capacités physiques lors d’un trek de plusieurs jours ou d’une simple marche en haute montagne peut s’avérer dangereux. La nature, aussi magnifique soit elle, reste imprévisible et demande une certaine préparation. 

Alors quels sont les paramètres à prendre en compte avant d’attaquer une nouvelle randonnée ?

La distance du parcours

C’est le premier chiffre qui doit attirer votre attention en préparant votre itinéraire. Si certains randonneurs expérimentés peuvent marcher plus de 40 kilomètres par jour, cela demande une très bonne préparation physique. Pour un débutant, il vaut mieux commencer avec des distances plus faibles pour chaque étape. Avec le temps, vous apprendrez à définir votre vitesse de marche moyenne. C’est une information importante pour la préparation de vos futurs itinéraires.

Gardez en tête que la distance doit toujours être associée au dénivelé pour définir la difficulté d’un circuit. 

Le dénivelé 

Le GR10 au plateau de Beille

Ha le dénivelé… La grande difficulté des trekkeurs. Quand on veut débuter la randonnée en montagne comme le GR10, la traversée des Pyrénées, le GR20 ou le Tour du Mont-Blanc, on doit s’attendre à manger du dénivelé. 

C’est le prix à payer pour profiter de ces superbes panoramas d’altitude. 

Le piège avec le dénivelé, c’est qu’il a deux visages. 

  • Le dénivelé positif (D+) est un exercice cardio-respiratoire et cardiaque qui demande un gros effort physique
  • Le dénivelé négatif (D— ) nécessite une forte concentration et une bonne gestion des mouvements pour limiter les chocs articulaires

Vous rajoutez à ça le poids du corps et de l’équipement, le terrain rocheux escarpé sans aucun amorti végétal et l’énergie cinétique et vous comprenez pourquoi ce paramètre peut facilement faire grimper le niveau de difficulté. 

Notre conseil :    N’hésitez pas à utiliser des bâtons de marche afin de limiter les chocs, surtout au niveau du genou. Commencez aussi par des circuits qui ne dépassent pas les 600 mètres de D+ par jour afin de vous renforcer musculairement.

La durée

Le chemin de Compostelle ou le sentier des Douaniers, ça vous tente ? Ces itinéraires de plus de 1 000 kilomètres mettront vos capacités à rude épreuve. 

Même si vous êtes sportif, le trek sur plusieurs jours demande un effort intense. Dormir dehors en tente peut s’avérer compliqué pour les débutants. On récupère moins vite, et la fatigue finit par s’accumuler. Testez vos capacités petit à petit en commençant par des randonnées de 2 à 3 jours avant de vous attaquer à de longs treks. 

Le groupe 

Si vous envisagez de partir randonner à plusieurs, faites bien attention à une chose : l’homogénéité du groupe. N’accompagnez pas vos amis randonneurs sur un itinéraire de 7 jours en montagne si vous n’avez ni l’expérience ni la préparation physique. Vous risquez simplement de vous blesser. Pareil dans le sens inverse. Attention à ne pas emmener vos amis non préparés sur vos treks les plus difficiles. Vous risquez de les blesser, ça c’est plus gênant.

5) Sous-estimer l’impact de la météo sur ses randonnées

Qui n’a jamais attrapé un coup de soleil ou un bon rhume sur un trek à cause d’un manque de préparation ? Quand on est encore un novice en randonnée, on a tendance à ne pas assez prendre en compte la météo. Grave erreur. Trop chaude, trop froide ou trop humide, chaque variation de temps est à prendre au sérieux pour éviter les problèmes. 

Le soleil 

On ne va pas vous dire le contraire, randonner quand il fait beau c’est quand même le pied. Mais attention quand même, la peau n’est pas faite pour être exposée 5 heures par jour aux rayons du soleil. Encore moins en altitude où l’indice UV est plus élevé.

Protégez-vous bien (chapeau, lunettes, manches longues et crème solaire), surtout en haute montagne ou en terrain dégagé. Évitez les casquettes qui laissent le coup à découvert et privilégiez un chapeau large sur les bords qui protège toute la tête. Un coup de soleil mal placé ou une insolation peuvent rapidement transformer une belle balade en cauchemar. Pensez aussi à boire régulièrement de l’eau pour éviter les risques de déshydratation.

Le froid

En France, beaucoup de nos sentiers de grandes randonnées (GR) sont en montagne. Dans certaines régions, on doit être préparé à affronter des températures négatives et de la neige même en été. Sur notre GR10, grande traversée des Pyrénées en août 2017, on a eu des températures jusqu’à -11°C. Soyez toujours sûr d’avoir des vêtements assez chauds (système trois couches, gants, guêtres,etc.) et un sac de couchage avec une température de confort adaptée.

Le vent 

À ne pas sous-estimer surtout en montagne où la météo peut changer en quelques secondes. En cas de vent puissant, faites particulièrement attention au bord des corniches, des précipices et sur les crêtes et les pentes raides. Pensez aussi à bien fixer votre tente dans un endroit couvert pour ne pas qu’elle s’abime dans les rafales de vent pendant la nuit.

La pluie

Randonner sous la pluie

La pluie est moins dangereuse, mais tout aussi désagréable. Rien de pire pour le moral que de devoir marcher sur de longues distances en étant trempé jusqu’aux os. Prévoyez toujours votre poncho / votre veste hardshell imper respirante et une tente imperméable à chaque randonnée ainsi que des vêtements de rechange.

6) Ne pas se lancer à l’aventure

Depuis quand est-ce que vous hésitez à débuter le trekking ou la randonnée ? À vous lancer sur les chemins sauvages, à la découverte d’une nature enivrante ?

On vous comprend. C’est impressionnant de partir pour la première fois, de dormir en bivouac sous la tente, de se repérer avec un balisage et une carte IGN ou de prendre de l’altitude.

Chez Le Banquier Randonneur, on ne vit que pour ça. Alors on est persuadé que ça va vous plaire. Une fois votre projet bien en tête, parlez-en autour de vous pour augmenter votre niveau d’engagement. Ensuite il ne reste plus qu’à vous trouver un peu de matériel et c’est parti.

Vous voulez apprendre les bases de la randonnée et du trekking avec un guide professionnel ? Participez dès maintenant à nos Week-End Randonnée & Bivouac en petit groupe conviviaux :

Nos autres conseils pour un débutant en randonnée

En trek ou en randonnée, le meilleur moyen d’apprendre c’est de pratiquer. Comme on veut que vous débutiez dans les meilleures conditions possible, on à encore quelques conseils pour vous : 

Écoutez votre corps 

Le meilleur moyen pour ne pas se blesser en itinérance, c’est d’apprendre à écouter son corps. Commencez toujours doucement les premiers jours de marche, et faites des pauses si vous sentez un excès de fatigue ou une douleur. Rien ne sert de courir. Contrairement au trail, la randonnée est avant tout une histoire d’endurance et non pas de vitesse. 

Étirez-vous

On ne le répétera jamais assez, mais étirez-vous avant, pendant et après la randonnée. C’est le meilleur moyen de réveiller le corps, de limiter les risques de blessure et de favoriser la récupération des muscles après l’effort. 

Quelques conseils pour vos étirements : 

  • Ne vous étirez jamais à froid
  • Ne forcez pas sur les muscles (vous ne devez ressentir aucune douleur)
  • Allez-y progressivement étape par étape en respirant profondément

Respectez la nature

Que ce soit votre première ou votre centième rando, vous devez toujours faire bien attention à la nature qui vous entoure. Avec la démocratisation du voyage et des sports outdoor, de plus en plus de monde parcourt chaque année les sentiers. Il est donc primordial de respecter certaines règles. C’est dame nature qui nous offre ces paysages magnifiques alors ce serait dommage de l’abimer. Pour limiter au maximum votre impact sur la faune et la flore, suivez les conseils suivants : 

  • Ramassez vos déchets (même les biodégradables) et gardez-les jusqu’à la fin de votre rando
  • Ne sortez pas des sentiers balisés 
  • Restez discret : évitez de crier et mettez des écouteurs si vous voulez écouter de la musique
  • Ne ramassez pas les fleurs, les pierres ou les insectes que vous trouvez sur votre chemin
  • N’utilisez pas de gel douche dans les rivières ou les lacs
  • Montez votre bivouac sur de la terre (éviter la mousse, les plantes, etc.)
  • N’approchez pas les animaux sauvages et ne leur donnez surtout pas à manger
  • Enterrez vos grosses commissions 

Et si jamais vous trouvez des déchets sur votre parcours, rangez-les dans votre sac jusqu’à pouvoir les jeter dans une poubelle. 

Apprenez à utiliser des cartes IGN

Les cartes IGN sont la référence incontournable de la cartographie en France. En plus de représenter fidèlement le territoire (cours d’eau, chemin, route, relief, forêt, etc.), elles permettent de déconnecter de son téléphone. Si vous ne voulez pas investir dans des cartes papier, l’application Iphigénie permet de consulter ces cartes sur votre téléphone même hors ligne. 

Ne vous ruinez pas en équipement

Pas besoin d’un équipement dernier cri pour partir en randonnée un weekend. Nous avons parcouru l’Europe et la France sur des milliers de kilomètres avec du matériel Forclaz de moyenne gamme de chez Décathlon. Prenez le temps de vous renseigner sur chaque article et testez s’il convient bien à votre utilisation. 

Une fois que vous aurez gagné en expérience, vous pourrez vous diriger vers des équipements plus techniques

Vous êtes enfin prêt pour votre première randonnée. Vous allez voir qu’on y prend goût.

Ce que vous ne savez pas déjà, vous l’apprendrez sur le terrain. La marche, le camping, l’orientation et la préparation physique sont des compétences qui viennent avec la pratique. 

Faites attention à bien régler votre sac de randonnée et à ne pas trop le charger. Gardez un œil sur la météo, testez votre matériel et surtout ne vous surestimez pas physiquement

Débuter la Randonnée en Vidéo

À bientôt sur les sentiers, 


Leave a Reply

Your email address will not be published.

QUI SUIS-JE ?

Je m’appelle David Blondeau, et après avoir marché 15 000 km de trek en autonomie j’ai passé ma Certification Professionnelle en randonnée. Depuis 2017 j’aide les randonneurs & trekker à se préparer à partir léger et en sécurité sur les sentiers ! Notamment grâce au blog, mais aussi aux stages de trekking, formations vidéos et mes coaching 🙂